Accueil

En 2015-2018, réparation d'un piano numérique

La réparation de ce piano acheté en 2015, un Hemingway DP 701, s'est étalée sur plus de 3 ans.


  • >>>>>>>>>>>>>>>>> REPARATION

  • - Vidéo de la réparation finale avant remontage et petites retouches logicielles

    - Analyse de fonctionnement originale:


    - Plans d'études et de réparation : PDF 1/2 et PDF 2/2

    - Composants remplaçant la carte mère originale :


    - Piano remonté:


    - Le choix entre Raspberry/Orange s'est fait sur la RAM et la vitesse - la base de sons souhaitée étant de l'ordre de 1Go, il fallait 2Go de RAM mini. Pour le calcul de la vélocité, l'OrangePI n'était pas bon, c'est pourquoi le calul a été déplacé sur un STM32 (72mhz). Le choix du STM32 au détriment de l'Arduino DUE s'est fait sur la vitesse (sans compter la taille !) : en sortie la frequence max mesurée à l'oscilloscope a été en mode standard (digitalWrite): STM32 72mhz=1.2us/833khz, UNO 16mhz=7us/143khz, MEGA2560 16Mhz=12us/83kHz; DUE 84Mhz=4us/240khz. En mode accès direct port STM32 72mhz=60ns/18Mhz. Détails dans le fichier de test TestMax01.ino

    - OrangePI Prime est sous ARMBIAN et utilise ce zip pour les entrées-sorties (GPIO). Le brochage et des infos dessus sont dispo sur ce PDF.

    - La gestion du son utilisait un développement perso, avant de migrer sous FluidSynth. Il est probable que le développement perso reprenne le dessus dans le temps : il permet en plus du SF2 d'avoir d'autres formes de sons.

    - La carte mère originale utilisait la puce SAM2655 permettant d'avoir une précision sur la vélocité de 64 microsec (durée d'appui entre les 2 inter. d'une touche). Avec le STM32 (plus rapide que les Arduino), on arrive à une précision autour de 100 microsec sachant que la durée d'appui classique mesurée sur ce piano tourne autour de 10-50 ms. La communication avec l'OrangePI passe par une nappe 8+2 fils car je craignais que les couches RS232/I2C perturbe la lecture des touches (il aurait fallu prendre le temps de faire des tests)

    - L'alimentation des composants ajoutés utilise une sortie 8V/1A non utilisée (la bonne surprise !) du transfo de l'Hemingway. Des gros condo ont été placés au cas où l'OrangePI aurait besoin d'un bonus au boot - sinon sa consomation pour l'utilisation faite tourne autour de 600mA.

    - Afin qu'Orange PI Prime s'éteigne correctement, il a fallu ajouter un retardateur de coupure d'alimentation: cela permet en plus de conserver l'inter. original. Le piano clignote à l'allumage tant que le programme de l'Orange PI n'est pas actif (une grosse minute avec une base son de 1.1Go), puis clignote quand l'utilisateur éteint l'interrupteur d'alimentation: le STM32 qui gère ça attend 18sec avant d'arreter le relais et donc le courant d'alimentation (l'Orange PI met autour de 10 secondes pour s'arreter).

    - Une molette (codeur incremental) a été ajoutée afin de choisir dans la banque d'instrument, de régler la vélocité, la polyphonie, la doc d'utilisation,... Pour éviter les rebonds des contacts, ce code a été utilisé, mais on trouve aussi des composants électroniques qui faciliteront le travail comme un MC14490.

    - Désormais le logiciel peut évoluer facilement par Wifi - on n'a donc plus à le démonter :))


  • >>>>>>>>>>>>>>>>> ETAT INITIAL

  • - Documentation utilisateur d'un Hemingway DP 501

    - Démontage:


    - Carte mère originale (le fil vert est d'origine !) - elle a été retirée et remplacée par 2xSTM32 + 1xOrange PI Prime


    - Afficheur (référence très classique - il sera toutefois changé pour la couleur bleue):


    - Panneau de commande:



    - Touches et inter de vélocité:




    Pour ne rien rater suivez les guides !

    Côté personnel

    Côté professionnel

    Ordre chronologique

    Pour nous contacter : siteclic.aro.microclic.com en remplaçant '.aro.' par @
    3 requêtes